R.C.P Fontainebleau  site des 100ans : site officiel du club de foot de FONTAINEBLEAU - footeo

EXPLOIT EN COUPE DE FRANCE

29 mars 2012 - 21:59

FONTAINEBLEAU(D 3) - BREST (D 1) 2-1 (1-0) Samedi 9 février 1980, stade Bauer à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

. C’est la seule fois dans toute l’histoire du seine-et-marnais qu’une équipe du département a battu une équipe de 1re Division — ou — dans un match officiel.

Nous avons retrouvé les témoins de cette journée historique. Ils nous la font revivre.

QUE REPRESENTAIT FONTAINEBLEAU A L'EPOQUE ?

C’ÉTAIT LE NUMÉRO UN.
Au début des années 1980, Fontainebleau est « le » club numéro un du football seine-et-marnais. Il évolue au niveau national depuis une petite vingtaine d’années. Le stade de la Faisanderie est le rendez-vous du sport départemental tous les samedis. Pour arriver en 32e de finale cette année, le club avait battu Bourges (D4) et Blois (D4).

POURQUOI CE MATCH A-T-IL LAISSE UNE EMPREINTE ?

IL EST UNIQUE.
Dix-sept équipes seine-et-marnaises ont essayé de battre une D1 en Coupe de France. Une seule a réussi. Les Bellifontains qui ont réussi un parcours jusqu’en 32es sans exploit majeur ne mesuraient pas la portée de l’exploit. « Nous n’en avions pas conscience », assure Jean-Paul Grandière, l’entraîneur de l’époque, aujourd’hui adjoint au maire d’Avon.

QUELLE ETAIT LA FORCE DE FONTAINEBLEAU ?

UN SAVANT MÉLANGE.
En 1980, l’effectif est composé de joueurs expérimentés qui ont parfois été pros à Paris (Cenzatto, Pleimelding) et de jeunes du cru (Lénartowicz, Quéré, Russail).

COMMENT FONTAINEBLEAU S’ETAIT-IL PREPARE ?

PROFESSIONNELLE.
Angevin d’origine, l’entraîneur Jean-Paul Grandière avait minutieusement préparé son affaire. « J’avais activé mes réseaux dans l’ouest de la France. Brest n’avait aucun secret pour moi. Nous étions partis la veille pour une mise au vert. Le matin, on avait fait une petite ballade à pied, boulevard Michelet. »

COMMENT S’ETAIT DEROULE LE MATCH ?

FONTAINEBLEAU DOMINATEUR.
Ce match-là, Fontainebleau ne l’a pas volé avant de s’imposer 2-1. « Le score aurait dû être plus large, pense Jean-Paul Grandière avec le recul. On nous a refusé un penalty en 1re mi-temps, un deuxième après la pause. On a à peine tremblé en fin de match quand ils ont réduit le score. »

QU’AVAIENT FAIT LES JOUEURS APRES LE MATCH ?

UNE GRANDE FÊTE.
A une époque où le foot n’était pas encore dominé par le carnet de chèques, les joueurs n’avaient eu droit qu’à 150 F (22 €) de prime. De l’argent dépensé le soir même. « Nous avions tous été chez Gérard Pleimelding qui avait une grande maison à Vulaines-sur-Seine, se souvient l’entraîneur. Nous y avons fait une énorme fête avec tous les joueurs, les épouses et les dirigeants. C’était extraordinaire. »

JUSQU’OU S’EST POURSUIVIE L’AVENTURE ?

EN 16ES DE FINALE.
Un mois après cette page d’histoire, Fontainebleau tombe en 16es sur un autre club de D1 : Metz où joue Philippe Mahut, l’actuel adjoint au maire de la ville. Après un match nul à la Faisanderie (0-0), les Lorrains se sont imposés chez eux le 15 mars 2-1. « Le système des matchs aller-retour à partir des 16es de finale rendait impossible tout exploit, se souvient Grandière. »

COMMENT FONTAINEBLEAU A FINI LA SAISON ?

EN DIVISION 2.
Cette année-là, la finale de la Coupe de France au Parc des Princes avait opposé Monaco (D1) à Orléans (D2) 3-1. Mais cela ne faisait plus partie des préoccupations de Fontainebleau qui dominait le championnat en D3. En mai 1980, Fontainebleau est remontée en Division 2, plus haut niveau atteint — et égalé par Melun — d’une équipe seine-et-marnaise.

QUE SONT DEVENUS LES JOUEURS ?

QUÉRÉ DÉCÉDÉ.
Tous sexagénaires ou presque aujourd’hui, Christian Montaubin vit du côté d’Arles, Serge Guilluy est reparti à Alès, Gérard Pleimelding vit à Sens, Didier Russail à Paris, Christian Faret habite à Saint-Seurin, Alain Chipon à Saint-Dié, Patrick Vanzo est en Corse, Gérard Cenzatto est toujours à Fontainebleau, Eric Lénartowicz est directeur des services techniques à Dammarie. « Je n’ai pas de nouvelles de Dominique Sanchez, explique Grandière. Et j’ai une grosse pensée pour Christian Quéré, qui est décédé il y a quelques années. »

FONTAINEBLEAU(D 3) - BREST (D 1) 2-1 (1-0)
Samedi 9 février 1980
, stade Bauer à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).
Spectateurs : 2 719.
Arbitre : M. Lopez.
Buts. Fontainebleau : Lénartowicz (45e, 76e) ; Brest : Kédié (84e).
Avertissement. Brest : Guennal (77e).
Fontainebleau : Montaubin - Quéré, Pleimelding, Cenzatto (cap.), Guilluy - Sanchez, Chipon, Vanzo - Faret, Leartowicz (Dugornay, 82e), Russail. Entr. : Grandière.
Brest : Bernard - Rico, Le Roux, Justier, Guennal - Drévillon (Goavec, 83e), Kédié, Kéruzoré - Floch (Honorine, 83e), Lenoir (cap.), Vabec. Entr. : de Martigny.

LES BUTS.
1-0 (45e) :
Faret subtilise le ballon à Guennal et transmet à Lenartowicz qui devance d’un pointu la sortie de Bernard. 2-0 (76e) : Faret tire un coup franc pour Lenartowicz qui glisse le ballon sous Bernard. 2-1 (84e) : centre de Guennal pour Kédié qui trompe Montaubin.

Le Parisien

Commentaires

Jean Claude Robin est devenu membre 9 mois
1-6
RCPF 1 / RUNGIS U.S. 1 an
RCPF 1 / RUNGIS U.S. : résumé du match 1 an
3-1
RCPF 1 / E.L.CS.SL.SB 1 an
RCPF 1 / E.L.CS.SL.SB : résumé du match 1 an
3-5
VILLABE ET.S. / RCPF 1 1 an
VILLABE ET.S. / RCPF 1 : résumé du match 1 an
2-3
AVONNAISE US / RCPF 1 1 an
AVONNAISE US / RCPF 1 : résumé du match 1 an
3-2
NANDY F.C. / RCPF 1 1 an
NANDY F.C. / RCPF 1 : résumé du match 1 an
4-2
MELUN FC / RCPF 1 1 an
MELUN FC / RCPF 1 : résumé du match 1 an
0-0
E.L.CS.SL.SB / RCPF 1 1 an
E.L.CS.SL.SB / RCPF 1 : résumé du match 1 an